Les cols du Soulor et d’Aubisque (Hautes-Pyrénées), France

Après la Provence, direction le Sud-Ouest et mes chères Pyrénées que j’aime tant ! Pas de grandes randonnées, pour diverses raisons ; juste un petit tour aux sommets des cols du Soulor et d’Aubisque, dans les Hautes-Pyrénées. Un grand classique.

 

 

On commence par le premier, pour nous qui venions de Tarbes, via Lourdes et Argelès-Gazost, à savoir le col du Soulor, à 1 474 m d’altitude. Le temps était frais en cette fin de mois de juillet, mais lumineux. Énormément d’animaux présents, à toutes les altitudes, alors que nous étions en pleine estive pastorale. Je n’en avais jamais vu autant.

 

 

Alors eux, les deux moutons qui arrivent face à l’objectif de mon appareil photo, eh bien ils voulaient bouffer mon sandwich ! J’ai dû partir en courant… Bon, comme je suis sympa et que j’aime le fromage des Pyrénées, je leur en ai donné un petit bout… :D

 

 

À l’aise, Blaise…

 

 

Ensuite, forcément, j’ai un peu grimpé ! Je suis allé voir les « bêtes » d’un peu plus près, tout là-haut…

Sur cette photo, on voit la route – très étroite – qui rejoint le col d’Aubisque, à flanc de montagne. Avec ces cons de moutons qui traversent n’importe où ! :D

 

 

Quelques névés (plaques de neige) çà et là, à environ 1 700 m d’altitude. Signe que l’été n’a pas été très chaud…

 

 

Je suis parti du chemin que l’on voit en contrebas. Le col (et le parking) est en haut à droite.

 

 

Et pour terminer, deux photos (moins réussies, à cause de la mauvaise lumière) prises dans les environs du col d’Aubisque, situé un peu plus loin.

 

 

En bas du col d’Aubisque, via la station de ski de Gourette, et en arrivant à Laruns (Pyrénées-Atlantiques), on a acheté une petite boule de fromage de montagne (mi-brebis, mi-vache), au bord de la route (en été, il y a des vendeurs partout).

Le prix ? Eh bien 38 €… pour 3,4 kg ! Eh oui, c’est ça la France…

 

 

Posted in France, Voyage | Tagged , , , | 1 Comment

Le Castellet & Le Beausset (Var), France

Pour ce cinquième et dernier article sur la Provence, je vous propose quelques photos des villages du Castellet et du Beausset, dans l’ouest du Var. Plus quelques bonus.

 

 

On commence donc avec le village médiéval du Castellet.

 

 

Passons ensuite au marché hebdomadaire du Beausset, non loin de là. Un vrai marché…

 

 

Et, pour finir, une photo du port de Sanary-sur-Mer, toujours dans le Var, où j’ai retrouvé mon vieux compère Fabrizio, en vacances dans le secteur !

 

 

Enfin, une photo du « cabanon » de nos hôtes – que je remercie encore une fois -, sur les hauteurs de Signes (Var). Un cabanon étant, en provençal, une petite maison de campagne, souvent en pierre, située généralement à l’écart des villages. Une sorte de résidence secondaire.

 

 

Bon, là, on ne voit pas grand-chose, mais c’est voulu. Ce que l’on voit, surtout, ce sont deux types de bronzages : celui de l’autochtone, au teint hâlé tout au long de l’année ; et celui du touriste, ex-Toulousain, blanc comme un cachet d’aspirine, et teinté d’une petite nuance de rosé…

 

C’en est fini de la Provence ! Prochaine étape : mes chères Pyrénées !

 

Posted in France, Voyage | Tagged , , , | 4 Comments

Le Garlaban, Aubagne (Bouches-du-Rhône), France

Alors là… Oui, alors là, c’est un endroit où je voulais aller depuis très longtemps, et de préférence avant de crever ! Étant un grand admirateur de Marcel Pagnol (pas autant que toi, Serge), de ses livres, de ses films – dont les deux adaptations de La Gloire de mon père et du Château de ma mère, que je ne cesse de voir et revoir -, je tenais absolument à aller dans le massif du Garlaban, ces magnifiques collines chères à l’auteur provençal. La majorité du massif se situe sur la commune d’Aubagne, le reste se trouvant à Allauch (notamment la maison de vacances des Pagnol, la Bastide Neuve) et Marseille, pour le secteur de La Treille qui, il y a fort longtemps, était une commune à part entière (aujourd’hui le 11e arrondissement de Marseille).

 

 

Comme je l’indiquais précédemment, les massifs forestiers de la région ne sont pas ouverts tout le temps en été. Et, justement, le massif du Garlaban n’était ouvert ce jour-là que de 6 heures à 11 heures du matin. Devant quitter la Provence sous peu, nous n’avons pas pris le risque d’y aller un autre jour. Il a donc fallu se lever très tôt (en vacances…) pour y être à 7 heures (pas avant, faut pas déconner !).

Curieusement, ce n’est pas du tout indiqué, et il a fallu que je sorte mon GPS personnel (ma tête) pour que l’on trouve. Et alors pour se garer… je n’ai toujours pas compris. C’est quasiment impossible, hormis à un endroit précis où il n’y avait la place que pour deux voitures… dont la nôtre. Bref, départ à la fraîche – quoiqu’il faisait déjà chaud à cette heure-là -, et nous étions seuls au monde. Le rêve, moi qui adore la foule…

On a pris le sentier le plus long : le Garlaban (714 m) par le col d’Aubignane.

 

 

On arrive à un vieux puits, condamné probablement depuis fort longtemps.

 

 

Et ça continue, avec des paysages magnifiques…

 

 

Vue sur Marseille (et Notre-Dame-de-la-Garde), sous une épaisse couche de merde pollution. Et c’est là qu’on dit « merci » à l’absence de vent…

 

 

Ça monte… doucement, mais ça monte.

 

 

La grotte de Manon (en bas à droite).

 

 

Plus on monte, moins il y a de végétation. Et il commence à faire chaud… tant mieux. :D

 

 

Avant d’atteindre le sommet, il restait encore quelques centaines de mètres à parcourir – dont une belle petite montée ! Et le voici, ce mythique sommet (pollution incluse, au loin).

 

 

 

Ensuite, descente par l’autre sentier.

 

 

On aurait bien aimé continuer jusqu’à La Treille et Allauch, pour voir la Bastide Neuve, mais on manquait de temps – il était déjà 11 heures passées.

En tout cas, ce fut un « rêve » réalisé pour moi, dans cet environnement enchanteur et préservé, malgré les nombreux incendies qui ont sévi durant le siècle dernier, et tout cela aux portes de Marseille, la deuxième ville de France. Et gratuitement, mais ai-je besoin de le préciser…

Ce qui est sûr, c’est que si j’habitais le coin, j’irais très, très souvent. Avec un saucisson, une baguette, un Opinel, et un appareil photo. Besoin de rien d’autre… sauf des cigales.

 

Posted in France, Voyage | Tagged , , , , | 4 Comments