Lake Placid/Saranac Lake, New York (États-Unis) – Jour 2

Dimanche matin, nous partons pour la station de ski des Adirondacks, j’ai nommé Whiteface Mountain. Elle n’est située qu’à une petite vingtaine de km au nord-est de Lake Placid.

 

 

Il est relativement tôt (9 heures), et il n’y a quasiment personne. Nous décidons de prendre la télécabine en direction du sommet. Pas donné (20 $ par personne), mais ça vaut le coup…

 

 

 

Au sommet, il fait plutôt bon (16 °C), et le vent est présent mais modéré.

 

 

La vue est splendide ! Il n’y a pas un chat…

 

 

Whiteface Mountain au loin, le sommet le plus haut.

 

 

Après ça, nous allons errer sur les magnifiques routes des alentours, jusqu’au départ de la route grimpant au sommet du mont Whiteface, payante celle-ci (19 $ pour nous deux). Cette fois, nous n’irons pas plus loin.

 

 

Nous faisons ensuite demi-tour et revenons à Saranac Lake pour la pause repas, avec une courte escale à Lake Placid pour faire quelques emplettes…

Notons qu’il y a, partout dans la région, de magnifiques pistes cyclables de part et d’autre de la route, bien protégées des voitures (et puis ici, les gens sont respectueux), et à l’asphalte impeccable – cela va sans dire.

Il y a également des espaces de stationnement sur le bord de la route, pour s’arrêter pêcher, observer, randonner. Gratuitement, évidemment. Toutes les randonnées sont gratuites… eh oui ! Comme (presque) partout ailleurs en Nouvelle-Angleterre.

 

 

Pour terminer la journée, dernière petite balade à côté de Saranac Lake, juste en face du départ de la randonnée que nous avons effectuée hier.

 

 

Un kilomètre et 15 minutes plus tard, nous arrivons à l’un des nombreux lacs de la région. L’eau est propre et chaude – probablement autour de 22/23 °C -, je tente donc la baignade. Il fait environ 30 °C dehors (à plus de 500 m d’altitude), cela fait donc un bien fou ! C’est un petit coin tranquille et familial, loin de la cohue.

 

 

Et puis il est déjà temps de rentrer… Eh oui, c’est que nous avons plus de 500 km à faire, dont 250 km de l’insupportable, l’abominable, l’indescriptible autoroute 20 ! Ceux qui la connaissent me comprendront…

Malgré ça, nous prenons le chemin des écoliers, en contournant Saranac Lake par l’ouest, remontant jusqu’à Malone, puis retour au Québec via Champlain. Que de belles routes, au propre comme au figuré, que de beaux paysages – quoiqu’un peu moins en arrivant dans l’extrême nord de l’État de New York.

 

 

La suite, on la connaît : dès que l’on passe la frontière, c’est une succession d’abominables « routes », qui plus est ultra monotones.

On y revient quand ?

 

Posted in New York, États-Unis, Voyage | Tagged , , , , | Leave a comment

Lake Placid/Saranac Lake, New York (États-Unis) – Jour 1

Nous voilà repartis aux États-Unis. Personnellement, il me faut régulièrement ma dose…

Pour la première fois, nous partons dans les Adirondacks, dans l’État de New York. Exceptionnellement, nous ne partons que pour un week-end « normal » (deux jours), samedi très tôt (5 heures).

 

 

Une fois n’est pas coutume, le passage à la douane est très rapide. Pour la première fois, nous ne sortons même pas de la voiture, et ce alors que nous n’avons que nos passeports français. Notre ESTA est encore valable mais, tout de même, cela reste une énigme ! On ne s’en plaindra pas, hein !

Bon, je passe le couplet sur la qualité des routes (et des radios) une fois la frontière passée, cela fait sept ans que je le répète…

Nous nous dirigeons directement vers le départ de notre randonnée, à côté de Saranac Lake, à savoir Ampersand Mountain (1 022 m).

 

 

Il est 10 h 30 et il fait un temps magnifique. J’avais choisi le bon week-end, au dernier moment. La randonnée commence gentiment, dans les sous-bois.

 

 

Mais, comme on le voit sur la précédente photo, le sentier devient très pentu passé la mi-chemin, pour devenir carrément périlleux par endroits, avec l’eau qui descend de la montagne (mais pas à cheval).

 

 

Après deux heures d’un pas tranquille, nous arrivons au sommet, qui est en fait une espèce d’énorme amas rocheux. Il fait un temps splendide et il y a assez peu de monde.

 

 

La vue est à 360° sur la région, et disons qu’il y a pire panorama pour sa pause repas !

 

 

La descente tire sur les cuisses, mais elle se fait tranquillement. Une randonnée jugée facile par ce site (une référence pour les randonnées dans le nord-est de l’Amérique du Nord) mais, pour ma part, je la classerais moyenne. Elle n’est certes pas très longue (8,8 km aller-retour), le dénivelé est raisonnable (541 m), mais la deuxième partie de l’ascension est tout de même assez accidentée et la pente sévère. Alors si tout le monde peut monter (on a vu pas mal d’enfants), disons qu’il y a plus facile…

 

Nous rejoignons ensuite notre motel, dont voici le bâtiment d’accueil.

 

 

Il est situé à Lake Placid, ville hôte des JO d’hiver de 1932 et 1980.

Au cours de la deuxième édition, les épreuves de ski s’étaient déroulées dans la station de Whiteface Mountain, que nous visiterons demain.

Mais pour terminer l’après-midi, nous faisons un petit tour dans la petite et très charmante bourgade de Lake Placid, à 550 m d’altitude. Il fait tout de même très chaud.

 

 

C’est tout pour aujourd’hui !

 

Posted in New York, États-Unis, Voyage | Tagged , , , , | 1 Comment

Port Barton, Palawan (Philippines) -> Québec, (Canada)

Eh oui, on n’en a pas envie, mais il faut rentrer…

Voici le trajet du retour – sur deux jours :

 

 

1- Port Barton -> Puerto Princesa (4 h de bus) ;

2- Puerto Princesa -> Manille (1 h d’avion) ;

3- Manille -> Québec, via Tokyo et Chicago (20 h d’avion, plus le décalage horaire).

 

 

Dernière matinée et dernières photos de la plage de Port Barton.

 

 

Vraiment un beau coin, calme au possible, loin des hordes de touristes. On y reviendra.

 

À 9 h 30, nous prenons le bus pour Puerto Princesa. Le prix est très raisonnable (200 pesos, de mémoire).

 

 

Et c’est parti ! À noter que, vu l’étroitesse de la route, le klaxon est très souvent utilisé… :D

 

 

Petite pause pipi/manger. Il fait une chaleur infernale.

 

 

Dans le petit boui-boui où nous nous arrêtons, il y a cet adorable petit toutou, avec sa couche… :D

 

 

Un peu plus loin, sur la côte est de l’île de Palawan. Les paysages sont ici beaucoup plus arides.

 

 

Encore un peu plus loin, quelques kilomètres avant Puerto Princesa. Les routes sont excellentes (certains devraient en prendre de la graine…). C’est très montagneux, certains sommets tutoyant les 2 000 m d’altitude. Le bus en chie un peu !

 

 

Nous arrivons à Puerto Princesa en début d’après-midi. Il y a un monde fou, c’est incroyable. Nous demandons à un chauffeur de tricycle à moteur de nous conduire au malsitué près de l’aéroport, où nous allons faire quelques courses. Malheureusement, impossible de trouver le fameux rhum qui m’a été recommandé. Et pour cause, il est plutôt rare… Je me contente de prendre le rhum local (le Tanduay), mais du 12 ans d’âge.

Ensuite, vol vers Manille en fin d’après-midi, repas dans un fast-food de la ville (pour changer et aller vite), et soirée devant la télé, avec la clim’ bienvenue…

Comme nous avions été satisfaits, nous sommes revenus dans le même hôtel qu’à l’aller, qui s’est avéré être un hôtel de passe ! Bon, honnêtement, il faut le savoir, c’est très propre et bien fréquenté. Les avis sont d’ailleurs plutôt bons sur Internet.

Voici notre chambre…

 

 

La suite du voyage retour se fera sans encombre. Nous arrivons à Québec épuisés, mais heureux de voir nos amis à l’aéroport, venus nous chercher. Nous sommes le 18 avril et, à Québec, c’est encore l’hiver. S’il n’y a plus de neige dans la ville, c’est autre chose chez nous, avec plus de 40 cm au sol… Il fait gris, les routes sont pourries, défoncées ; oui, on est bien rentrés !

 

Rapide bilan du voyage :

Sans idéaliser – car on sait ce que c’est, et on connaît la différence entre passer des vacances dans un pays et y vivre -, la petite partie des Philippines que nous avons visitée est absolument magnifique, les gens sont, dans l’ensemble, très souriants, paraissent heureux de vivre et sont souvent prêts à vous aider. Il y règne un calme et une sérénité rares dans ce bas monde…

Si l’on devait établir quelques points négatifs, ce serait l’absence de distributeurs de billets (on le savait et on en a parlé) dans pas mal de secteurs, qui nous a sérieusement compliqué la tâche ; les prix trop élevés dans certains domaines, notamment la restauration ; un côté business quelquefois un peu trop présent, et vraiment pénible à l’occasion ; la nourriture pas exceptionnelle (hormis les produits de la mer), à des années-lumière de ce que l’on trouve en Malaisie, par exemple. Et… c’est tout !

Mais s’il y a de plus en plus d’étrangers (Américains et Français, notamment) qui y investissent, voire y passent leur retraite, ce n’est pas pour rien ! Le pays est immense, magnifique, avec une position centrale en Asie du Sud-Est, et la population est jeune, instruite, catholique à 90 % (…) ; bref, c’est clairement un pays en devenir et en pleine expansion.

Mais avant ça, c’est aussi et surtout un pays à découvrir en voyage, et j’espère que mon récit et nos photos vous auront convaincus…

 

Posted in Philippines, Voyage | Tagged , , , , | Leave a comment